dictionnaire de droit dictionnaire juridique
dictionnaire du droit privé dictionnaire juridique

DON, DONATION DEFINITION

Définition de Don, donation



Lorsqu'elle est faite dans une intention libérale, la transmission d'un bien ou d'un droit que consent une personne au profit d'une autre, constitue un don ou encore une donation. Cette transmission peut être exécutée du vivant du donateur, on parle alors d'une "transmission entre vifs". Elle peut être décidée par le stipulant sous la condition que lui survive la personne qu'il désigne pour être celle qui sera bénéficiaire de cette libéralité, dite le "donataire" ou le "légataire". La donation est dite "conjonctive", lorsque pour éviter les conflits transgénérationnels, elle est consentie à des enfants issus de lits différents. Si le donateur entend subordonner une donation à certaines conditions, il peut rédiger un acte dit " pacte adjoint". Par exemple lorsque cet avantage est destiné à un mineur ou à un incapable, le donateur peut subordonner la donation à des conditions portant sur le mode de gestion ou d'utilisation des biens qu'il donne.

Il n'y a de donation-partage que dans la mesure où l'ascendant effectue une répartition matérielle de ses biens entre ses descendants. Quelque soit la qualification donnée par les parties, l'acte litigieux, qui n'attribue que des droits indivis aux gratifiés, ne constitue pas une donation-partage. A défaut de répartition de biens divis l'acte s'analyse en une donation entre vifs ayant pour effet de faire sortir les biens du patrimoine des donateurs et de créer une indivision conventionnelle entre les donataires à laquelle il peut être mis fin dans les conditions prévues par l'article 1873-3 du code civil. (1ère Chambre civile 6 mars 2013, pourvoi n11-21892, BICC n785 du 1er juillet 2013 et Legifrance). L'acte par lequel des époux distribuent et partagent leurs biens communs entre leurs héritiers présomptifs n'a pas pour effet, s'ils s'en réservent l'usufruit, de le diviser entre eux. Cet usufruit leur demeurant commun, l'usufruit que les donateurs se réservent sur les parts d'une société civile dépend de la communauté conjugale. Il subsiste et continue de grever l'intégralité des biens objets de la donation. Au décès de l'un des époux donateurs, l'autre conserve l'usufruit sur la totalité des biens objets de la donation (1ère Chambre civile 11 mai 2016, pourvoi n14-28321, BICC n850 du 1er novembre 2016 et Legifrance). chambre civile 1

Audience publique du mercredi 11 mai 2016, n de pourvoi : 14-28321) Voir la note de Madame Nathalie Levillain, Rev. AJ Famille 2016, p. 348.

Lorsqu'il s'agit d'un bien meuble, le don peut être "manuel" : il résulte alors de la simple transmission matérielle de l'objet. Plus généralement, et nécessairement lorsqu'il s'agit d'un bien ou d'un droitimmobilier, la transmission est réalisée dans acte qui sera nécessairement notarié. Le legs, parce qu'il est destiné à gratifier une personne qui ne sera effectivement titulaire du bien ou du droit transmis qu'après le décès du donateur, doit être inclus dans des dispositions testamentaires. Sa validité est subordonné à la rédaction d'un acte être établi dans les formes prévues pour les dispositions dites "a cause de mort".

Par arrêt du 21 décembre 2007, (Rapport de M. Falcone Conseiller rapporteur et Avis de M. Sarcelet, Avocat général - BICC n681 du 1er mai 2008), la Chambre mixte de la Cour de cassation a jugé que "L'acceptation d'une donation dans les formes prescrites par les articles 932 et suivants du code civil n'est exigée que pour la donation passée en la forme authentique et peut résulter de l'attribution du bénéfice du contrat d'assurance-vie" et qu'"un contrat d'assurance-vie peut être requalifié en donation si les circonstances dans lesquelles son bénéficiaire a été désigné révèlent la volonté du souscripteur de se dépouiller de manière irrévocable". A cet égard, le juge peut être amené à la requête de tout contestant et, dans l'espèce à la demande de l'Administration fiscale, de contrôler si les primes présentent un caractère manifestement exagéré pour justifier un rapport à succession ou une réduction pour atteinte à la réserve des héritiers. Dans l'appréciation qu'il fait des situations patrimoniale et familiale du souscripteur par rapport aux primes versées, le juge du fonds est souverain (1ère chambre civile, 17 juin 2009, pourvoi n08-13620, BICC n713 du 15 décembre 2009 et Legifrance). Consulter aussi : 2e Civ., 4 juillet 2007, pourvoi n 06-14. 048, Bull. 2007, II, n 182 et la note de M. Huc-Beauchamp référencée dans la Bibliographie ci-après.

Le legs est dit "universel", lorsqu'il a pour objet de transférer à une seule personne la totalité des biens laissés par le testateur. Il est dit "à titre universel", lorsqu'il a pour objet une quotité de la succession du donataire, par exemple, un quart ou la moitié de l'ensemble des biens du patrimoine laissé à son décès. De son côté, le legs est dit "legs particulier" lorsqu'il porte sur un bien précis tel, un immeuble identifié par son emplacement ou par ses références cadastrales. Les biens meubles, tel un bijou ou un tableau font, dans le texte d'un testament, l'objet d'une description destinée à éviter toute confusion.

Les articles 953 et suivants traitent des cas où les donations peuvent être révoquées, notamment pour cause d'ingratitude. L'article 957 du code civil prévoit comment s'exerce l'action en révocation pour cause d'ingratitude. Elle doit être formée dans l'année à compter du jour du délit imputé par le donateur au donataire, ou du jour que le délit aura pu être connu par le donateur. Par un arrêt de la Cour de cassation il a été jugé que s'agissant d'un fait d'ingratitude qui s'est prolongé dans le temps ou de plusieurs faits d'ingratitude, ce délai est nécessairement repoussé jusqu'au moment où a cessé le fait imputé au donateur ou le dernier des faits constitutifs d'ingratitude (1ère chambre civile, 20 mai 2009, N de pourvoi : 08-14761, Legifrance).

Tandis que les légataires universels sont mis de droit en possession des biens dont ils héritent, en revanche les légataires à titre universel et les légataires particuliers doivent demander être "envoyés en possession".

Les donations ou les legs sont dits "pur et simples" ou "avec charges". Dans ce dernier cas, en acceptant la donation ou le legs, le bénéficiaire contracte l'engagement d'exécuter la condition que le stipulant lui a imposée, par exemple, celle de payer un créancier ou, celle de servir une rente au donateur ou, celle de verser une pension alimentaire à un membre de sa famille, voire à une tierce personne.

L'article 909 du code civil édicte un certain nombre d'incapacité de recevoir à titre gratuit. Les médecins ayant assisté le patient lors de sa dernière maladie sont frappés de cette incapacité. Il en est ainsi d'une femme psychiatre qui a bénéficié d'une donation de sa patiente qui était atteinte d'une pathologie secondaire trouvant sa cause dans le cancer dont elle était atteinte et qui avait souscrit à son bénéfice un contrat d'assurance-vie (Chambre civile 4 novembre 2010 pourvoi n07-21303, BICC n737 du 1er mars 2011 et Legifrance). En revanche, une personne employée par une association et mise à la disposition d'une personne âgée, en qualité d'aide-ménagère, n'est pas frappée d'une incapacité de recevoir à titre gratuit. Le legs qui lui est consenti par la personne auprès de laquelle elle assure son service n'est pas frappé de nullité. (Lavis de lavocat général est paru dans La Semaine juridique, édition générale, n46, 11 novembre 2013, Actualités, n1167, p. 2060 à 2062. Consulter aussi, la note de M. Sylvain Thouret référencée dans la Bibliographie ci-après. Consulter la note de M. Jean-Christophe Bonneau référencée dans la Bibliographie ci-après.

Pour éviter que les enfants n'entrent en conflit pour le partage des biens laissés par leurs parents, ces derniers peuvent, de leur vivant, leur distribuer leurs biens. Cette opération est généralement réalisée sous la condition que les stipulants en conservent l'usufruit jusqu'au dernier vivant d'entre eux. On dénomme cette opération " partage d'ascendants". D'une manière générale, toute personne peut faire, entre ses héritiers présomptifs, la distribution et le partage de ses biens et de ses droits. Cet acte qui peut se faire sous forme de donation-partage ou de testament-partage, est soumis aux formalités, conditions et règles prescrites pour les donations entre vifs dans le premier cas et pour les testaments dans le second. Les donations ou les donations-partage doivent recevoir une interprétation stricte. Ainsi, une donation-partage ne portant que sur les droits d'associés eux-mêmes, sans autre précision, ne peut s'étendre en l'absence de clause particulière, au solde créditeur du compte-courant du donateur. Le juge ne peut retenir que ce solde ait été transféré aux bénéficiaires de la donation au moyen d'une écriture comptable passée sur ordre du gérant de la société sans opposition de l'associé donateur, sans constater en même temps que le donateur avait expressément consenti à la cession du solde du compte courant. (3 chambre civile 18 novembre 2009, pourvoi n08-18740, BICC n721 du 1er mai 2010 et Legifrance). Voir la note de M. Mortierno référencée dans la Bibliographie ci-après.

Consulter les rubriques :

  • Patrimoine, Succession, Legs, droit de retour, Héritage / Héritier, Partage, Partage d'ascendants,
  • Régimes matrimoniaux, Rapport successoral.

    Textes

  • Code civil, Articles 893 et s., 953 et s. 1075.
  • Loi n2006-728 du 23 juin 2006 portant réforme des successions et des libéralités.
  • Bibliographie

  • Aynès (L.), Famille et patrimoine Donations, incapables, séparations, PACS, Lamy - Axe Droit, 2010.
  • Berre (S.)et Ferré-André (S.), Successions et libéralités
  • 2e édition, Dalloz, 2014.

  • Bonneau (J-C.), Incapacité de recevoir des membres des professions médicales et clause gigogne dun contrat dassurance-vie. La Semaine juridique, édition générale, n47, 22 novembre 2010, Jurisprudence, n1143, p. 2156-2157, note à propos de 1ère Civ. - 4 novembre 2010.
  • Bout (C.), Succession-partage : La réduction des libéralités, Sem. jur., Ed. N, I, 2001, n10, p. 544.
  • Brenner (C.), Brèves observations sur la révocation des donations entre époux après la loi du 26 mai 2004 relative au divorce, Rép. Defrénois, 30 janvier 2005, n2, article 38084, p. 93-110.
  • Champenois (G.), Don manuel - Note sous Civ., 1ère, 5 février 2002, Bulletin 2002, I, ., n 39, p. 32, Rép. Defrénois, 15 janv. 2003, n1, art. 37649, p. 43-46.
  • Crône (R.), Loi applicable à la forme des donations. (droit international), Note sous Civ. 1, 23 janvier 2001, Bull. 2001, I, n8, p. 5, Rép. Defrénois, 2001, n10, p. 626.
  • Dagot (M.), Des donations non solennelles, Semaine juridique, 2000, n30/34, 1471.
  • Delfosse (A.) et Peniguel (J-F.), La réforme des successions et des libéralités, Collection de l'Institut national de formation notariale.
  • Beignier (B.), Révocation dune assurance-vie pour cause dingratitude, Revue Droit de la famille, n12, décembre 2010, commentaire n188, p. 41-42.
  • Faucher (D.), Assurance-vie et donation indirecte : le véritable poids de l'article 894 du code civil, JCP 2005, n49, 1493.
  • Goubeaux (G.) et Voirin (P.) Droit civil, Régimes matrimoniaux, successions, libéralités, 25e édition, Tome 2, LGDJ., 2008.
  • Grimaldi (M.), Observations sous 1ère Civ., 17 octobre 2007, Bull. 2007, I, n 322, RTC janvier-mars 2008, n1, p. 132-133. (Acte authentique - Clauses et conditions de la libéralité - Portée).
  • Grimaldi (M.), Observations sous 1ère Civ., 9 janvier 2008, Bull. 2008, I, n 3, RTC, janvier-mars 2008, n1, p. 133-134. (Révocation - Ingratitude - Faits postérieurs à l'acte de donation - Portée.).
  • Guével (D.), Droit des successions et libéralités, LGDJ, 2009.
  • Hauser (J.), Révocation des donations pour survenance d'enfants : quelles donations et quels enfants ?, Répertoire Defrénois, 15 décembre 2001, n 23, doct. article 37437, p. 1379-1389.
  • Hauser (J.), Donation au nom d'un incapable majeur sous tutelle et vote par correspondance du conseil de famille, note sous Civ., 1ère, 14 janvier 2003, non publié au Bull. Civil, RTC, avril-juin 2003, n2, p. 268.
  • Huc-Beauchamps (A.), Assurance-vie et rapport successoral : caractère exagéré des primes, Recueil Dalloz, n27, 23 juillet 2009, Actualité jurisprudentielle, p. 1824-1825
  • Kooy (L. -H.), Des donations et des legs faits en usufruit, thèse Paris II, 1979.
  • Lambert (S.), L'intention libérale dans les donations. Presses Universitaires d'Aix-Marseille - P. U. A. M. - Centre Pierre Kayser -2006.
  • Larribau-Terneyre(V.), Observations sous 1ère Civ., 14 décembre 2004, Bull., I, n317, p. 264 et 1ère Civ., 30 novembre 2004, Bull., I, n297, p. 249, Droit de la famille, février 2005, n2, commentaires, p. 19-20. (Tradition - Définition - Dépossession définitive et irrévocable - Exclusion - Cas)
  • Larribau-Terneyre (V.), Observations sous 1ère Civ, 6 février 2008, Bull. 2008, I, n40, Droit de la famille, mars 2008, n3, p. 30-32. (Divorce sur demande conjointe - Convention entre époux - Convention définitive - Stipulation relative au maintient exprès des donations faites pendant le mariage - Effet).
  • Lefort (M.), Donations et testaments. 2ème édition, 2003, éd. Jurisclasseurs.
  • Libchaber (R.), Pour une redéfinition de la donation indirecte, Rép. Defrénois, 2000, n24, p. 1409.
  • Malaurie (Ph.), Cours de droit civil : Les successions, les libéralités, 4ème éd, Cujas, 1998.
  • Maurice (A.), Les sanctions fiscales du dénouement par décès d'un contrat d'assurance-vie, JCP 2005, éd. N, I, n15, p. 1226.
  • Mazeaud (H.), Leçons de droit civil., Tome IV, deuxième volume, Successions, libéralités, 5ème éd., Paris, éd. Montchrestien, 1999.
  • Méau-Lautour (H.), La Donation déguisée en droit civil français, éd. LGDJ., 1984.
  • Mortierno (R), Donation de parts ne vaut pas donation du compte courant dassocié, Revue Droit des Sociétés, n2, février 2010, commentaire no 23, p. 22-23, note à propos de 3ème Civ. - 18 novembre 2009.
  • Rieubernet (Ch.), Les donations entre époux., Tome 3 - Defrénois / Doctorat & Notariat, 2003.
  • Simler(Ph.), Observations sous 1ère Civ., 13 décembre 2005, Bull. 2005, I, n491, p. 413, La Semaine juridique, édition générale, 2 août 2006, n31/35, II, 10136, p. 1593-1594 (Donation entre époux pendant le mariage - Révocation).
  • Tisserand-Martin (A.), Rapport d'une donation déguisée sous forme d'une vente - charge de la preuve, Actualité juridique Famille, n 5, mai 2009, Jurisprudence, p. 222-223.
  • Thouret (S.),, Le testament au profit de laide-ménagère, La Semaine juridique, édition générale, n41, 7 octobre 2013, Actualités, n1039, p. 1833, note à propos de 1re Civ. - 25 septembre 2013.
  • Voirin (P.), Droit civil, Tome 2, Droit privé notarial, régimes matrimoniaux, successions, libéralités, 20ème éd., Paris LGDJ, 1999.
  • Liste de toutes les définitions

    A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W

    dictionnaire du droit privé dictionnaire juridique


    Recherches fréquentes : décret, rtt, droit, jurisprudence, loi, nue propriété, contrat, arrt, ayant-droit, sarl, pourvoi, ordonnance, jugement, braudo, baumann, vocabulaire juridique, termes juridiques, glossaire juridique, lexique juridique, jurisprudence informatique, propriété intellectuelle, droit commercial, glossaire droit, notaire, terme juridique, vocabulaire droit